Plus belles les séries (PBLV, USGS, DNA, ITC) - Les anciens du FORUM France 3
 
Accueil SiteAccueil Site  AccueilAccueil  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  FAQFAQ  CharteCharte  MembresMembres  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  
Le deal à ne pas rater :
Promo Nike : -25% pour 2 articles achetés
Voir le deal




DANS L’ŒIL DES CAMERAS


Silence ça tourne ! On ne les voit pas, ils n’apparaissent dans aucun des épisodes et pourtant... Cadreurs, directeur de la photo et ingénieur vision répondent « présents ». Derrière la caméra ou en régie, ces magiciens de l’image captent pour nous le meilleur angle de prise de vue.


Contrairement à son titre, le directeur de la photo d’une série télévisée ou d’un long-métrage ne s’occupe pas d’une image. Le support, sur lequel il travaille, est tout autre. « Créateur d’ombre et de lumière », Jacques Ménard, directeur de la photo sur les plateaux de PBLV, opère directement sur le lieu du tournage. Son rôle : réaliser les éclairages les mieux adaptés aux situations décrites par le réalisateur. Il joue avec les ombres, les lumières, les couleurs... « J’éclaire les comédiens, et les scènes. Pour ce faire, je règle les projecteurs, juste avant le tournage. J’effectue également une répétition très rapide avec les comédiens et les cadreurs», explique Jacques Ménard.

Il s’agit également d’organiser et de contrôler tout ce qui contribue à la construction de l’image pendant le tournage. Ainsi, Jacques Ménard visionne les différentes images captées par les trois caméras au moment où elles sont filmées. C’est lui qui donne à un épisode son atmosphère. Ce n’est pas le seul à œuvrer pour cette cause. Avec un travail aussi prenant,l’équipe effectue des rotations. Qu’il s’agisse d’un directeur de la photo en plateau ou en extérieur, leur mission reste la même : assurer la qualité des images par le travail de la lumière et de la caméra.

Toutefois, le travail en extérieur demande de s’adapter à des situations nouvelles et parfois imprévues. « Il faut réagir vite, trouver des solutions dans l’urgence et innover. Lorsqu’il fait jour comme en plein midi alors que la scène est sensée se dérouler dans une atmosphère de nuit tombante, je peux utiliser un tissu noir pour recouvrir le projecteur. En extérieur,je suis très sollicité. Après, c’est à l’ingénieur vision de retravailler la base pour faire plus réaliste », témoigne François Pages, chef opérateur en extérieur.

Sur le plateau, autre environnement mais la technique reste la même : «la chronologie du temps est bien sûre à respecter. Nous ne filmons jamais un épisode dans sa continuité, mais plutôt toutes les scènes d’un même décor, il faut donc parfois tricher un peu »
, précise Jacques Ménard. Sur PBLV, les plateaux ne sont pas démontés. Au quotidien, le directeur de la photo s’occupe donc des finitions et reste attentif aux détails. Même si le réalisateur de PBLV change toutes les semaines (il y a une rotation entre Philippe Carrese (décédé en 2019), Roger Wielgus, Claire de la Rochefoucauld, Jean-Pierre Vergne, et bien d'autres...), l’esprit des épisodes a été établi dès le début. En tournage, le directeur de la photo, appelé aussi chef opérateur, coordonne les techniciens images : assistants opérateurs, cadreurs, machinistes, électriciens. C’est un chef d’équipe qui exerce en bon diplomate. Autres qualités requises : sens artistique développé, maîtrise de la technique et rapidité.


Depuis 2018, le nouveau directeur de la photo est Cyril Charbit.
En 2022, il s'agit d'Hervé Maury

pblvfrance3.com (2004 - 2022). Les photos et médias présents sur ce site sont la propriété de Telfrance/Newen, de France Télévisions, et de leurs auteurs.